Lors d'un salon nantais, j'ai eu l'occasion de découvrir l'expérimentation festive des vers de farine. Quoi de mieux pour faire découvrir une nouvelle nourriture que l'apéro. Au bout du deuxième verre, il est fort probable que vos invités surmontent leur répulsion et teste. Et puis sinon, comme j'ai renversé le dîner sur le sol de la cuisine, ils ont toute la soirée.

J'avoue que la première fois que j'ai testé, il m'a fallu surmonter un dégoût primaire. Normalement, ça ne se mange pas. Comme ils étaient dans une quiche, ils avaient l'air vivants, car hydratés. Alors, la deuxième fois en version déshydratés, fastoche !

J'avais discuté avec un des fondateurs de Innoprotea et j'avais été complètement convaincue par son discours. L'élevage de vers de farine permet la production d'une protéine d'excellente qualité et en bonne quantité. Si la bouchée apéritive reste quelque peu anecdotique, l'ambition de l'entreprise nantaise est de proposer des produits qui pourraient être utilisés dans les process de fabrication, comme de la farine, un bon moyen de réduire la part de viande dans notre alimentation en rassurant les omnivores convaincus.

Et pour une version plus proche de la forme vivante de l'aliment, pourquoi ne pas élever son propre cheptel ? Grâce à Livin Farm, cela sera bientôt possible de façon simple. Une colonne avec des tiroirs et des tamis, quelques chrysalides, et voilà votre ferme installée. Il ne restera alors plus qu'à attendre une semaine pour récolter l'équivalent de 50 à 125 grammes de protéines. Et de quoi surprendre vos invités !

Retour à l'accueil