Lui m'a offert le rice-cooker que j'espérais depuis longtemps. Et pourtant, depuis Noël, je n'avais pas pris le temps de faire des sushis (alors que c'était l'argument choc pour le convaincre. Comme quoi, je suis un petit diable). Omission réparée hier soir. Comme d'habitude, je me suis inspirée de Cléa pour un assaisonnement parfait. La cuisson a été un jeu d'enfant grâce au nouveau gadget, même si le résultat fait débat entre nous (peut-être un peu sec). Cette fois-ci, le morceau de bravoure a été la confection des boulettes : près d'une heure pour 24 boulettes, je n'ouvrirai pas mon resto demain !

Retour à l'accueil