Il y a de ça quelques années, j'avais une jupe de chez Som*where que j'adorais. Longue, ample, en velours milleraies gris avec des broderies roses et un simili-appliqué (vous savez ces espèces d'imprimés qui tiennent mal les lavages successifs). Elle était très confortable et je me sentais bien dedans. Mais, quelques régimes plus tard, cette pièce que j'aimais tant était devenu (enfin) trop grande. Je la gardais (et garde toujours d'ailleurs) précieusement, cherchant le courage de m'y attaquer à coups de ciseaux pour la rendre mettable.

Puis, une veille ou avant-veille de départ en vacances, j'ai eu une envie subite de jupe folk. Il était hors de question que je parte en vacances sans. ça ne vous arrive jamais, au moment de faire vos valises, de vous dire qu'il vous manque LA pièce maîtresse pour réussir vos vacances ? Moi, c'est tout le temps. J'aime à partir avec la pièce que je vais laver 3 fois pour la mettre une fois tous les 2 jours (voire plus), rendant ainsi inutiles les 4 ou 5 autres kilos de fringues contenus (voire entassés) dans la valise. Cette fois-là, c'était une jupe folk. Je suis donc partie sur l'idée d'en faire une (le milleraies au Maroc ... même en novembre, j'ai eu un doute) et de rajouter un appliqué pour rappeler cette jupe que j'aimais tant.

Me voilà donc lancé avec un modèle pas à la bonne taille et sans patron. Devait arrivé ce qui arriva : au moment de partir le rendu ne me convenait pas du tout. Et voilà la jupe abandonnée à Lille alors que nous partions prendre notre avion. Pauvre petite jupe ...

DSC02719.JPG

(on remarquera l'assistant à 4 pattes qui ne peut décidemment pas se mêler de ses affaires quand je ne m'occupe pas de lui. C'est pour ça d'ailleurs que j'ai arrêté le tricot et le crochet : j'en avais marre de devoir enlever les poils de mon ouvrage)

Retour à l'accueil