Le titre du dernier article, ainsi que son contenu, en était une. C'est à peu près à un champ désolé que ressemble ce blog depuis quelque temps. Bien entendu, j'ai pleins de bonnes excuses, mais je ne vais pas essayer de vous convaincre.

Reprenons donc le cours normal de nos émissions (au moins pour aujourd'hui).

J'avais envie de partager avec vous une expérience culinaire : les dim sum. Kescedonquecela ??? Ce sont ces irrésistibles bouchées chinoises, que l'on peut trouver déclinées en de multiples formes, salées ou sucrées (plus rarement sucrées), dont la forme est la plus connue est la famille des raviolis chinois. Après avoir vu une émission à la télé, j'ai voulu m'y frotter. Grand mal m'en a pris ! Souvenir d'une soirée à me battre avec les pâtes à garnir et à façonner, et d'un dîner très tardif. Heureusement, nous n'étions que tous les deux.

Voici donc une photo, témoignage de l'exploit (et du traumatisme donc) :

2011 05 18 Dim Sum

Bien entendu, je ne me souviens plus vraiment des noms (et de toutes façons, je ferais une faute d'orthographe toutes les deux lettres, alors autant s'abstenir).

Le dim sum en bas est composé d'une farce à base de porc et d'une pâte à wonton, réalisée par mes petites mains (une simple pâte à pâtes, dans laquelle j'ai rajouté des épices). 

Difficulté de préparation de la pâte : facile

Difficulté d'étalage de la pâte : long et pénible car la pâte doit être fine

Difficulté de pliage : moyenne

Le dim sum du haut est le fameux ravioli à la crevette. Je pensais que le plus difficile serait de trouver les farines pour la pâte. Comme je me trompais (dit-elle avec un sourire amer). Ce problème a été vite réglé, grâce à mon épicerie asiatique habituelle.

Difficulté de préparation de la pâte : moyenne (difficile de savoir quand il faut arrêter de chauffer)

Difficulté d'étalage de la pâte : cauchemardesque, elle colle à tout. Le seul moyen est d'utiliser du métal huilé. Donc le plat d'un couteau. Je vous mets au défi de faire d'une boule une jolie galette bien fine grâce au plat d'un couteau ...

Difficulté de pliage : difficile, mais ça, je le savais.

Bilan du test

En fermant les yeux, le résultat était très honorable et c'était plutôt bon.

Quand on vous dit qu'il faut des années de pratique pour maîtriser l'art des dim sum, et bien c'est vrai. 

Le plus important : ne vous lancez pas dans l'aventure si vous avez des invités. Ou alors, levez-vous à 5 heures du mat' pour être certains de pouvoir servir à dîner à 20 heures. Et soyez certains que votre traiteur chinois préféré est ouvert ce jour-là ... juste au cas où :-)

Retour à l'accueil